RECHERCHER


Papiers S.V.P.!

Pourquoi la Chine n'a-t-elle qu'un seul fuseau horaire? Et d'où viennent les baguettes? Comment a évolué l'écriture chinoise? Posez vos questions et Papiers de Chine enquêtera pour vous.

sujet@papiersdechine.ch

Zeng Jinyan, épouse du dissident Hu Jia: «Il y a des moments où c’est insupportable»

le 06-06-2008

Arrêté le 31 janvier dernier, HU JIA a été condamné deux mois plus tard à 3 ans et demi de prison par le tribunal intermédiaire populaire de Pékin. Hu Jia, avait plaidé son avocat, n’avait fait qu’exercer son droit à la liberté d’expression, protégé par la Constitution chinoise. Sa femme ZENG JINYAN et sa fille de six mois vivent en résidence surveillée. Aux dernières nouvelles, même sa voisine ou encore la jeune babysitter ont été découragées par les policiers de leur rendre visite. Zeng Jinyan a pu répondre à nos questions.

Avez-vous pu parler à votre mari depuis son inculpation?
Le 18 mars, je l’ai vu quelques minutes au tribunal. Notre fille l’a aussi  aperçu. Lorsque le jugement a été prononcé le 3 avril, j’ai pu voir sa silhouette, mais il ne nous a pas vues. On ne m’a pas autorisé à l’approcher. Le 4 mai dernier, j’ai enfin pu lui parler 30 minutes au centre de détention, il a pu me décrire sa situation.

Quelles sont ses conditions de détention?
Il est incarcéré au centre de détention de Dougezhuang, à l’est de Pékin. Les conditions sont déplorables. Il ne mange que de la bouillie légère et des petits pains cuit à la vapeur. Avec parfois la possibilité de le tremper un peu de sucre brun ou de tofu. Le soir, on lui donne un plat à base de viande que Hu Jia ne peut pas manger (ndlr: il est végétarien). Chaque jour, matin et après-midi, il est astreint au «zuoban»: il s’agit de rester assis immobile pendant des heures sur une planche en bois, beaucoup ne supportent pas et s’évanouissent. Hu Jia partage sa cellule avec 4 autres personnes. Il peut se doucher une fois par semaine. Sa vue a énormément baissé, car les lumières sont allumées jour et nuit et il dort très mal. Il n’a presque pas d’occasion de prendre l’air. Et son foie va très mal (note: Hu Jia souffre d’une hépatite B).

Pouvez-vous lui envoyer des médicaments?
Il est interdit de lui faire parvenir de la nourriture ou des médicaments. On lui a envoyé les documents nécessaires pour faire la demande de relaxe pour des raisons médicales. Il ne les a jamais reçus. Je ne sais pas quoi faire. Là-bas, il a juste de quoi survivre: des petits pains et de la bouillie. Il a des carences. Et pour son foie, non seulement il n’est pas soigné, mais en plus il s’épuise.

Qu’espérez-vous aujourd’hui ?
Je prie pour qu’il puisse être libéré rapidement, mais à vrai dire, je ne sais rien. Hu Jia répète qu’il ne regrette rien, qu’il a choisi d’exercer son droit fondamental, celui de la liberté d’expression. «Visiblement, la prison est un passage obligatoire dans ce cas», m’a-t-il dit. Quant à la loi chinoise, on ne peut pas dire qu’elle se soit améliorée.

Quelle est votre situaiton et celle de votre petite fille?
Même si elle est meilleure que la sienne, ma liberté est très restreinte. La police est toujours stationnée dehors et devant ma porte d’entrée. J’essaie de rester positive et optimiste, mais il y a des moments où c’est insupportable. Ils veulent surtout me couper du reste du monde. Il y a d’autres problèmes, importants, mais je ne peux pas en parler, car ils m’ont fortement menacée. Certaines menaces, je m’en fiche un peu, mais d’autres me terrorisent. Je n’ai pas envie qu’ils reviennent habiter chez moi, je dois protéger ma petite fille et je veux pouvoir continuer à l’allaiter.

Papiers de Chine

 

A lire aussi:

Arrestation de Hu Jia, l'Europe s'en mêle

Consternation après la condamnation de Hu Jia à 3 ans et demi de prison